Mieux communiquer avec un malade d'Alzheimer

Publié le par domicile conseil


Sur les 800 000 personnes malades d'Alzheimer en France , 7 sur 10 vivent à domicile. Pour
les proches qui s'occupent d'eux, les difficultés de communication sont quotidiennes.

"Mais il y a des solutions pour mieux se comprendre" expilque  t-on dans le magazine de Top Santé de mars 2009.

Marie Noëlle Le BRUN, Psychogérontologue, esplique  que pour les aidants familiaux , qui s'occupent de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, le quotidien est difficile et souvent épuisant qui réclame , beaucoup de temps, de soins, et de patience. Et de ne pas être compris, se répéter sans cesse, ne pas pouvoir tenir une conversation peut finir par être usant.

Quelques outils nous sont communiqués dans ce magazine:

Pour lui parler:

-Choisir le bon moment et un endroit calme. S'installer à sa hauteur, bien le regarder ou le toucher en lui parlant.

-Adopter un ton apaisant et des gestes qui rassurent.

Parler lentement et calmement. Sourire, ne pas hésiter à prendre ses mains dans les vôtres, à le câliner.
"C'est une façon de montrer votre affection et de le rassurer "explique la spécialiste.

- Utiliser des phrases courtes ( mots simples et évocateurs)
Plutôt que " viens t'installer, on va dîner", préferer "viens à table, on va manger du poulet".

Montrer les photos des gens ou de ce dont vous parlez: " Regarde, il pleut, on va attendre que ça s'arrête pour sortir".

- Servez vous des questions fermées. Les demandes telles que " comment te sens -tu?" ou " que veux tu manger?" sont trop vastes.
Préferez: " as-tu froid? "ou encore " veux?-tu des pâtes" sont plus concrètes.

- Proposez des repères temporels simples. les malades d'Alzheimer resentent le besoin d'avoir des rituels et des habitudes qui les sécurisent.

Lui donner des choses auxquels il peut se rattacher : " c'est bientôt l'heure du goûter" ou "c'est l'heure du journal".

Pour l'aider à s'exprimer:

-
Suggérez lui des mots :

le malade peut butter sur des expressions, mélénger des sonorités comme du"pain" au lieu de "vin".
Ce qu'il est privilégier de faire c'est de le laisser le temps de retrouver ses mots et de lui en proposer d'autres s'il ne les retrouvent pas.
Il est aussi important de lui montrer que vous avez compris en reformulant la phrase.

- Rectifier ses erreurs sans insister:

Les malades sont très sensibles à leurs erreurs, leurs échecs.

Il ou elle ne se souvient pas de vous? Rappelez-lui qui vous êtes: tu ne m'as pas reconnue, parce que j'ai changé de coiffure, mais ce n'est pas grave. Je suis ta fille.

Le malade pose sans cesse la même question?
C'est souvent un signe  d'angoisse. Répondez deux, trois fois puis détourner la question en l'interrogeant sur ses besoins:
"tu as faim?" ou " " tu as soif"
S'il insiste, négliger simplement la demande.

- La patience est avant tout la meilleure des solutions.

Il faut surtout savoir demander de l'aide pour les aidants. La fondation Novartis lance un programme de formation , destiné aux aidants familiaux autour de 5 thèmes:
-" Connaitre et comprendre la maladie"
- " Agir à long terme"
- " Communiquer avec la personne malade"
- "Prendre soins de soi"

Pour les professionnels: le kit téléchargeable :
linkwww.proximologie.com

Source: Top Santé de Mars 2009


Marina PETIT.

Commenter cet article